Le vrai coût des aliments : la dépendance au pétrole

un derrick d'extraction de pétrole vu en contre jour
Photo par formulaire PxHere

Arriverais-tu à imaginer un monde sans pétrole ? Nous en rêvons tous puisque nous voulons sauver et protéger notre planète. Mais en attendant, le pétrole est ancré dans notre société. Même s’il est difficile de l’avouer, nous sommes dépendants de lui. Et il en est de même pour le monde agricole.

En effet, la production des produits issus de l’agriculture demande des dépenses variées. Beaucoup sont cachées et donc inconnues du grand public (comme l’assainissement de l’eau ou les émissions de CO2). C’est le cas du pétrole qui fait partie du vrai coût des aliments.

Pourquoi l’agriculture est-elle dépendante du pétrole ? Quelles solutions existe-t-il pour réduire les conséquences ? C’est ce que nous allons tenter d’étudier dans cet article.

un tracteur en train d'épandre des produits chimiques dans un champs de blé, symbole de la mécanisation de l'agriculture
Photo par formulaire PxHere

La mécanisation du monde agricole

Depuis la fin du XIXe siècle, les chevaux et la main-d’œuvre humaine ont laissé de plus en plus de places aux engins mécanisés pour faciliter l’agriculture. Ces innovations se sont accompagnées d’une hausse de rendements. Leurs objectifs étaient d’augmenter la production tout en diminuant la pénibilité du travail des agriculteurs. Mais aussi d’assurer une certaine sécurité alimentaire.

Cependant, la mécanisation est également devenue gourmande en carburant. L’autonomie des chevaux et de la force humaine s’est progressivement effacée au détriment des machines.

Charrues, motoculteurs, cultivateurs, semoirs, faucheuses, batteuses, tracteurs, le nombre de machines agricoles a décuplé. Certaines cultures demandent même plusieurs engins. Si nous prenons l’exemple de la céréale : elle a besoin d’être semée, désherbée pour ensuite être récoltée.

C’est donc au fil des années que le pétrole est devenu indispensable au bon fonctionnement de l’agriculture et que nous parlons aujourd’hui de dépendance au pétrole.

En moyenne, une exploitation agricole demande 8 100 litres de carburant par an. Cette dépense équivaut environ entre 4 000 et 5 000€ à l’année. Parmi les produits pétroliers utilisés par l’agriculture, on retrouve le fioul, le gazole, l’essence et le GPL.

Le vrai coût des aliments ne dépend pas uniquement du coût pétrolier. Même si la mécanisation représente des dépenses en carburant qui n’ont cessé d’augmenter, il existe d’autres facteurs comme l’assainissement de l’eau par exemple. Les dommages sur l’environnement ont également des conséquences sur le coût des aliments. C’est ce qu’a démontré un groupe allemand au sein d’un supermarché berlinois : l’initiative Wahre Kosten.

Ce qui peut cependant alarmer, c’est la quantité d’énergie non-renouvelable que réclame l’agriculture. Selon une étude menée par l’ADEME, on estime à près de 4,5 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) la consommation d’énergie dans le secteur. Si tu veux en savoir plus sur cette étude, n’hésite pas à consulter le document mis à disposition par l’ADEME.

Les autres sources de la dépendance au pétrole

Les engrais chimiques

Il s’agit d’une dépendance indirecte, mais qui demande une certaine quantité de pétrole. En effet, l’élaboration d’engrais et de pesticides nécessite de l’énergie pétrolière. Il est difficile de donner des chiffres précis. Mais face à l’agriculture intensive, l’usage d’engrais chimiques est très important. Cette agriculture a pour objectif de maximiser la production. C’est pour cela qu’elle utilise une grande quantité d’engrais.

Les transports des produits

Une fois semés, désherbés et récoltés, les produits doivent ensuite être acheminés jusqu’à leurs points de vente. Transports maritimes, routiers, aériens, tous les moyens sont utilisés pour approvisionner et réapprovisionner les rayons.

Certains produits viennent même de très loin ! Par exemple, en 2017, la France a importé près de 3,5 millions de tonnes de soja ! 61 % de ces importations viennent du Brésil. Le pourcentage restant vient également de l’autre côté de l’Atlantique puisque le soja est également produit en Argentine et aux États-Unis.

Sans oublier bien entendu tous les fruits et légumes qui viennent des pays d’Europe ou le miel importé de Chine. Il existe de multiples exemples d’importations qui prouvent l’indépendance au pétrole. Se pose ainsi la question de savoir s’il existe des alternatives pour se détacher du pétrole.

Photo par hpgruesen de Pixnio

Quelles solutions face à la dépendance au pétrole ?

Consommer bio et local peut déjà être une bonne solution. En effet, la production des produits bio se fait à partir d’engrais verts (orties ou algues par exemple). Consommer local permet aussi de réduire l’utilisation de transports. Ou tout du moins, d’éviter les longs trajets.

D’autre part, il existe déjà quelques solutions pour réduire les conséquences des carburants issues de l’agriculture. La mécanisation est un système en marche depuis la fin du XIXe siècle qui ne cesse d’évoluer au fil des années.

Conscientes des enjeux actuels sur l’environnement, des entreprises réfléchissent à la fabrication de moteurs beaucoup moins polluants. Le GPL (gaz de pétrole liquéfié) a déjà été proposé comme solution, mais il est tout de même issu d’une transformation pétrolière.

D’autres biocarburants ont vu le jour : la HVP (huile végétale pure), l’éthanol ou encore le biogaz. Ils représentent des alternatives convaincantes mais pas vides de conséquences. En effet, si nous prenons l’exemple de l’huile de colza (dans la catégorie des huiles végétales pures), son utilisation comme carburant demande une hausse de production entraînant ainsi l’utilisation d’engrais nécessaire pour la produire.

La dépendance au pétrole est réelle, mais des alternatives commencent à voir le jour et à se développer. Concernant la consommation de carburants, des secteurs comme les transports sont très gourmands. D’autre part, d’autres facteurs comme les imprévus météorologiques ont également un impact important sur la production des agriculteurs et sur le prix des aliments.

Sources :

Graines de Mane – Pas de pétrole pas de nourriture

Connaissance des énergies – Énergie et agriculture en France

Actu-environnement – Agriculture et efficacité énergétique

Cairn – Un carburant spécifique pour les engins agricoles : étude de quatre filières de production de biocarburants agricoles

Technoscience – Définition dépendance au pétrole

Technoscience – Définition Agriculture intensive

Le Figaro – Pourquoi la France est elle si dépendante du soja brésilien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s